Et ça continue!!!

Sur proposition du Maire, le conseil municipal du 26 Novembre dernier a voté une décision qui appelle de ma part les commentaires suivants:

En l’espèce, le conseil a approuvé des ventes de terrain au:

  • Château Grand Puy Ducasse pour le montant de …………………..239 595 Euros
  • G.F.A. Baronne Philippine de Rothschild pour le montant de .  22 800 Euros
  • Château Lafite Rothschild pour le montant de ……………………….  65 640 Euros

soit un total de ……………………………………………………………………………328 035 Euros

Comme on peut le constater, Florent FATIN continue de dilapider le patrimoine de notre commune aux fins de financement de travaux pharaoniques.

Il faut savoir que le montant des travaux envisagés s’élèvent à 3 662 782 Euros.

Compte tenu des subventions souhaitées et qui ne seront pas forcément allouées, le reste à charge pour la commune s’élève à 3 500 000 Euros qu’il faudrait évidemment emprunter.

Le remboursement annuel de ces emprunts sera de 170 000 Euros par an qui viendront s’ajouter aux 370 000 Euros actuellement payés par la commune au titre des remboursements contractés antérieurement. Ce qui signifie que la commune devra rembourser 540 000 Euros annuellement en 2021.

Il faut savoir raison gardée.

En effet, les incertitudes qui pèsent aujourd’hui sur les octrois de dotations par l’Etat devraient inciter le Maire de la commune à un peu plus de mesure et de prudence.

Que fera-t-il lorsque le patrimoine de la ville sera totalement vendu? Je crains le pire!

Cette gestion immature faite dans l’urgence pré-électorale aura évidemment un effet dévastateur sur les finances de chaque Pauillacais, car il faut savoir que les dépenses d’aujourd’hui seront les impôts de demain pour nous et nos enfants.

Monsieur Emmanuel FATIN, ressaisissez-vous!   

 

 

Les reines des vendanges

Samedi 6 octobre, dans la salle des fêtes de Pauillac, la manifestation des reines des vendanges organisée par l’Association des Commerçants et Artisans de Pauillac m’a séduit.

Dès l’entrée dans la salle, on comprend de suite. La scène, les tables, décorées dénotent d’une volonté par les organisateurs de bien faire. Cette envie de dire « on est là » ou encore « venez chez nous ».

Allons chez eux, ils sont quarante qui se battent tous les jours pour vivre et parfois survivre.

Leur volonté, l’amour de leur métier, leur dynamisme, leur entrain, méritent de notre part le respect.

Mesdames, Messieurs, chapeau bas!

Je peux vous assurer et ce n’est pas un vain mot, que le jour où je serai aux affaires, je mettrai tout en oeuvre afin de faciliter le développement du commerce de proximité pour que la population de Pauillac puisse profiter de la qualité du service et du professionnalisme de ces hommes et femmes qui tous les jours oeuvrent pour que demain soit meilleur.

Ils pourront  compter sur mon total dévouement.

Encore « Bravo et Merci ».

La résidence du Bascouat sans eau

Samedi 7 Juillet, une conduite d’eau s’est rompue à la résidence du Bascouat.

Je me suis rendu sur place et j’ai pu constater que suite à cet épisode dramatique, tout était rentré dans l’ordre.

J’ai rencontré le personnel et les résidents pour qui j’étais inquiet et j’ai vu qu’ils avaient retrouvé leur calme et leur sérénité. Enfin!

C’est simple le bonheur!

20180526_173414 20180526_17401120180526_173313

Samedi dernier était organisée par le Comité des Fêtes du Pouyalet, la traditionnelle fête du village.

Médocainement connue et appréciée de tous, elle attire tous les ans un public nombreux, ravi et bigarré. De mémoire d’homme, elle a toujours été reconnue comme une référence en la matière.

Jeux pour les enfants gratuits, course cycliste « Trophée Baronne Philippine de Rothschild », concours de pétanque « Challenge des Châteaux Lafite Rothschild et Duhart Milon » dotés de nombreux lots, ont fait la joie des participants et des spectateurs, malgré le temps maussade.

Pour terminer la journée, une soirée cabaret animée par « Le Théâtre des Zoulous » était organisée autour d’un excellent repas dans la salle des fêtes du Pouyalet.

Présent à cette manifestation, j’ai pu apprécier une fois de plus l’investissement des bénévoles afin que vive cette magnifique fête. Qu’ils en soient remerciés!

Partage et espérance ne sont-ils pas les deux piliers du bonheur? A la fin de cette journée, on peut le penser.

 

Il n’y a pas de miracle!

Je viens de prendre connaissance des comptes de l’année 2017 de la ville de PAUILLAC.

Je voudrais apporter mon analyse et mes commentaires afin que la réalité ne soit pas travestie.

En l’espèce, le Maire de notre ville se flatte d’un résultat à affecter de 2 679 937 Euros. Si on analyse ce résultat, il faut savoir qu’il est constitué de reports antérieurs des années 2015 (488 205 Euros) et 2016 (553 101 Euros) d’une part, auxquels il faut ajouter le résultat 2017 soit 1 638 631 Euros, d’autre part.

Pour ce qui concerne le résultat 2017 de 1 638 631 Euros, il est constitué principalement d’éléments exceptionnels soit:

Taxe additionnelle sur droit de mutation 1 114 424 Euros

Plus-values de cession d’immeubles              48 836 Euros

En conséquence, le résultat courant (ordinaire) s’élève à 475 371 Euros, ce qui paraît normal et plus logique. Il faut noter que celui-ci est en baisse de 14%.

Je reviens sur le montant de la taxe additionnelle sur droit de mutation de 1 114 424 Euros, cette taxe perçue par la commune est calculée sur les ventes d’immeubles, terrains et propriétés réalisées au cours de l’année 2017 et n’est pas liée aux décisions de gestion du Maire, elle est providentielle et exceptionnelle. Comme vous pouvez le constater, le montant est énorme. Il faut savoir que pour une année ordinaire, le montant perçu de cette taxe est de l’ordre de 100 000 Euros par an (qu’il faudrait rajouter au résultat courant), soit pour 2017 un encaissement providentiel de 1 000 000 Euros supplémentaire. Une manne céleste.

Au cours de ma lecture, mon attention a été attirée par le fait que la commune a versé pour le cinéma 140 000 Euros en 2016 et 100 000 Euros en 2017 soit 240 000 Euros en deux ans.

Je laisse à l’appréciation du lecteur le montant du coût généré pour les manifestations organisées par la direction du cinéma. Nous y reviendrons.

En conclusion, nous pouvons constater que malgré ses commentaires dithyrambiques, le Maire de notre ville n’a pas fait de miracle …

 

Mise en vente à l’encan!

Aujourd’hui, la ville de PAUILLAC est en vente! A vil prix!

Un projet de rénovation du centre ville est prévu.

Ce projet, il faut à tout prix le réaliser avant 2020, année des élections municipales! Pour se faire, on vend, à prix cassé on brade le patrimoine communal sans respect du prix du marché. Des générations de Maires ont tenu au plus près les cordons de la bourse, ont économisé pour parer à d’éventuelles difficultés économiques; on ne peut que les en remercier.

Aujourd’hui, le Maire actuel est en train de vider le bas de laine.

Qu’importe l’avenir de PAUILLAC, pourvu que cela assure sa réélection!

« Après moi le déluge »

Certains diront « il faut vendre des bâtiments communaux pour pouvoir réaliser des projets d’investissement », « les charges de mise aux normes des bâtiments sont trop importantes », « etc… », « on ne peut les assumer » …

Je ne partage pas cette vision à court terme de la gestion de notre patrimoine communal.

Ma vision est certes moins électoraliste mais beaucoup plus pérenne à long terme pour notre ville.

En effet, je répondrais qu’il faut augmenter la capacité d’autofinancement en faisant des économies drastiques sur tous les postes budgétaires et non sur certains, comme il est fait actuellement. Je répondrais que toute personne qui vend ses biens s’appauvrit.

Cet adage d’entrepreneur, au sens noble du terme, est l’apanage du sérieux d’une gestion et les conditions de l’enrichissement.

Nous ne pouvons l’accepter, réagissons en nous opposant à cette mise en vente à l’encan de notre patrimoine communal.