Fête de l’épiphanie au Pouyalet

photo comité (2)

Le samedi 20 janvier, j’ai été convié par le Comité des Fêtes du Pouyalet à un après-midi récréatif organisé en l’honneur des anciens du village.

Comme à l’accoutumée, tous étaient heureux de se retrouver. Rapidement les embrassades, les rires et les anecdotes fusaient. Ces visages joyeux témoignaient de leur bonheur.

Comme à leur habitude, les bénévoles s’affairaient autour des tables afin de servir leurs invités en galettes, vin et chocolat chaud.

Sous les applaudissements d’une salle enchantée, Betty CURSAN et sa troupe d’artistes faisaient étalage de leur talent.

A l’issue de la tombola où chacun reçut un cadeau, la journée s’acheva en promettant de se retrouver l’année prochaine.

Je crois plus que jamais en la nécessité d’entretenir ces moments de convivialité entre les aînés et les jeunes générations.

Cette manifestation génératrice d’un lien social nécessaire à la vie en communauté est, et doit rester l’exemple du chemin à suivre.

Aussi, je tiens à saluer et remercier ceux qui perpétuent cette tradition et tout particulièrement le Comité des Fêtes du Pouyalet, organisateur de ce chaleureux après-midi qui aura permis à nos anciens d’oublier, l’espace de quelques heures, leurs soucis quotidiens.

Voeux 2018

J’ai fait un rêve. PAUILLAC ma ville, rayonnait par sa splendeur, sa magnificence, sa beauté, son activité, son attractivité, son autorité.

Sur les quais, les passants vaquaient à leurs occupations, les touristes déambulaient à la recherche de souvenirs, s’installaient à la terrasse des cafés, rêvassaient.

La rue Aristide Briand, où grouillaient chalands et badauds devant les vitrines des magasins, s’étirait jusqu’à la place de l’église où l’on pouvait trouver tous commerces pour satisfaire les besoins de chacun.

Enfin! une ville heureuse.

Hélas! le réveil fut difficile.

Quelle tristesse!

Aujourd’hui, on peut constater que les touristes ne restent pas à PAUILLAC, que les quais sont déserts, que les commerçants sont à la peine, que la zone industrielle est en friche, que le port est envasé…

Les commerces du quotidien ont disparu. En premier lieu desquels: les commerces de bouche. Pas de boucher, ni de charcutier dans le bourg, plus de poissonnier, pas d’épicier…

A l’exception du cinéma, les bâtiments communaux sont laissés à l’abandon: salle des fêtes, marché couvert, presbytère, église, cimetières, cosec, logements de gardiens, mairie, halle couverte, centre culturel, tribunes de stades, vestiaires de La Garosse…

Selon le dernier recensement, PAUILLAC a subi une baisse de 0.9% de sa population, preuve, s’il en fallait encore une, de son inexorable déclin.

Certains diront que c’est la faute de la conjoncture, de la baisse de l’activité économique, de l’arrêt de la production de l’usine SHELL (il y a 32 ans)! Le cycle infernal.

Lorsqu’on est un responsable avisé, les problèmes doivent être anticipés. La réactivité doit être immédiate. Les réalités regardées en face. Et les solutions doivent être efficaces et appropriées.

C’est pour ces raisons que la gouvernance doit l’emporter sur la gestion du quotidien.

Permettez-moi de clore mon propos en vous disant que le pessimisme est de raison mais que l’optimisme est de volonté. L’optimisme, c’est le refus de la résignation, le contraire du fatalisme.

L’avenir n’est pas une fatalité. PAUILLAC sera ce que nous déciderons d’en faire, dès demain, et ensemble.

Choisissons donc d’agir, faisons que ce rêve devienne réalité.

En attendant des jours meilleurs, recevez, Chères Pauillacaises et Chers Pauillacais, mes meilleurs voeux de santé, de bonheur et de prospérité pour cette nouvelle année.

 

Saint Clément et Sainte Cécile

Port Pauillac le 26 nov 2017 p jdm

Le 26 Novembre 2017, PAUILLAC a fêté Saint Clément et Sainte Cécile.

En présence de nombreuses personnalités dont Monsieur François VIALARD, président de la SNSM, Madame Michèle SAINTOUT, Maire de SAINT-ESTEPHE ainsi que d’anciens marins, William POUYALET, invité, ont procédé au jet de gerbe dans la rivière en l’honneur des marins disparus.

Les participants ont ensuite assisté à la messe en l’honneur de Sainte Cécile, patronne des musiciens.

En maître de cérénomie, Monsieur Maurice MAU a dirigé, comme à son habitude, brillamment l’Harmonie Pauillacaise, pendant l’office.

Cette matinée s’est terminée autour du verre de l’amitié à la Maison du Vin.

Mise en sommeil de la caisse des écoles

Au nom de la cohérence fonctionnelle!!! et de la simplification administrative; une institution disparaît.

En effet, le conseil municipal du 6 décembre 2017 a voté la mise en sommeil de la caisse des écoles.

Simplifier c’est bien, mais parfois cela ne se justifie pas.

Pour en avoir été membre, je peux dire que cette institution avait toute son utilité.

Les directeurs d’école participaient au débat, donnaient leurs avis, leurs sentiments. Que l’on m’explique qui est plus à même de connaître les besoins des établissements, dans l’intérêt des élèves, si ce ne sont les enseignants.

Au nom de la cohérence fonctionnelle, que ne ferait on pas ?

Cette centralisation jacobine est dans l’air du temps; il faut éviter les débats, les réunions, ce n’est qu’une perte de temps… dixit l’autorité municipale. L’ouverture, la liberté d’expression, c’est fini.

Une analyse analytique des coûts deviendra difficile lorsque la caisse des écoles sera intégrée au budget principal. On ne connaîtra plus le coût réel de fonctionnement de la dite caisse. Le flou complet.

Il ne faut pas désespérer, la mise en sommeil a été votée pour trois ans avant la suppression définitive soit le 31 décembre 2020; donc tout espoir de renaissance est permis.

 

Présentation Pauillac Autrement

Pauillac Autrement est une association Loi 1901 dont l’objet est d’entendre, écouter, rassembler la population de la ville de Pauillac aux fins d’apporter un projet de développement de la cité sur les plans économique et social.

De financer les événements liés à l’objet social, dans l’intérêt communal.

L’association est apolitique.

La force de la raison,

Je suis désespéré, lorsque je constate les difficultés économiques que connaissent la population de Pauillac, ses artisans, ses commerçants.

Je suis désespéré lorsque je constate la saleté de nos rues, parcs et jardins.

Je suis désespéré lorsque je constate le moral en berne de nos concitoyens. Ils ont le sentiment que devant eux se dresse un mur; le mur de la désespérance.

Pauillac est en train de mourir doucettement, mais sûrement. Les grandes promesses faites par l’équipe en place ne sont en grande partie pas tenues. L’endettement est maximal. L’avenir est sombre!

Aucune politique de redressement; ceci explique ma démission du conseil municipal; j’ai refusé de cautionner cette gabegie.

C’est pourquoi il faut réagir pour assurer l’avenir de notre cité,

C’est pourquoi il faut réagir pour assurer l’avenir de nos enfants,

Cest pourquoi il faut réagir pour que Pauillac retrouve son lustre d’Antan.

Pauillac doit redevenir la capitale économique du Médoc, Pauillac doit retrouver son charme, Pauillac doit retrouver son éclat, Pauillac doit retrouver sa notoriété et sa prospérité.

Pauillac doit être respectée.

Pour ces raisons, j’ai décidé de créer un groupe de réflexion d’où il ressortira un projet réaliste. Viendra ensuite le temps de la formation d’une équipe que nous présenterons au vote des Pauillacais aux municipales 2020.

Je voudrais que les Pauillacais sachent qu’il existe des solutions.

Les solutions, je les connais.

Je vous invite donc à me rejoindre pour commencer à travailler ensemble à l’avenir de notre ville, à seules fins de voir « Pauillac Autrement ».